Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mai 2017 5 26 /05 /mai /2017 14:11

En Bretagne, une bibliothèque décide de proposer à ses  lecteurs la prose de manuscrits refusés par les éditeurs.

Une jeune éditrice y découvre un chef d’œuvre dont la qualité et l'histoire sont telles qu'elle décide de le propulser. Il est signé Henri Pick, un pizzaîolo or sa veuve ne l'a jamais vu écrire. Avait-il une double vie ?

Tout ce mystère va auréoler le roman de succès.

Une enquête littéraire aux conséquences étonnantes dans la vie de certains.

Une comédie sympathique et parfois bien méchante.

 

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 13:28

J'ai toujours cette musique dans la tête d'Agnès Martin Lugand

 

Vera et Yannis sont heureux et s'aiment comme au premier jour de leur rencontre, Yannis est un autodidacte souvent ramené à de seconds rôles. C'est un homme très ingénieux mais qui n 'est pas architecte comme son beau frère Luc avec qui il travaille. Le beau frère refuse que Yannis participe à un projet, Tristan, le nouvel ami du couple conforte Yannis dans ses projets  qu'il finance, Yannis s'envole de ses propres ailes...

Une déception! Un livre convenu sans rencontre.

Juste un roman de gare bien écrit qui se lit facilement.

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 13:50

Hubert Reevess, astrophysicien de 85 ans nous raconte sa jeunesse québécoise dans la nature avec son lot de déception et d’enthousiasme :

La barrière et les différences de langues et de religions.

Le poids du clergé catholique, un milieu scientifique de requins très recroquevillé sur ses règles hiérarchiques où sans propriété intellectuelle, un grand professeur pique l' idée.de son étudiant.

Des professeurs pourtant géniaux dans leurs domaines qui s'opposent à la théorie du Big Bang.

Hubert Reeves nous décrit des génies de grand esprit pourtant si fermés sur leur théorie tel Einstein savant qui refuse la mécanique quantique.

Toute science passionne l'auteur infatigable musique, beauté, philosophie qu'il souhaite partager avec le plus grand nombre.

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 17:56

Histoire de la violence. Édouard Louis

 

Un soir de Noël alors qu'il rentre à pied d'un réveillon passé chez  ses amis, Édouard Louis est accosté par Reda dans la rue.

Édouard prend peur mais ils discutent de leurs pères et peu à peu le charme opère. Edouard fait monter l'homme dans son appartement, ils feront l'amour de façon consentie.

Reda vole le téléphone d’Édouard, tout va alors basculer sous les reproches d' Édouard.

Reda violera Edouard sous la menace d'un pistolet. Edouard ne se remet pas de ce viol, il portera enfin plainte et sera hébergé chez sa sœur.

La narration est doublée du récit  de la sœur d'Edouard qui nous fait entrer dans le mystère de la sensibilité du jeune homme qu'on aurait eu tendance à juger si on suivait juste le déroulement des faits.

 

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
20 mai 2017 6 20 /05 /mai /2017 18:21

LES PASSANTS DE LISBONNE – Philippe BESSON

 

Un hôtel à LISBONNE : Une femme seule, Hélène s’installe tous les jours dans le jardin, dès le matin elle consomme des boissons alcoolisées… C'est ce qui la fera remarquer de Mathieu, un homosexuel qui rentre de ses virées nocturnes au petit matin.

Mathieu, étonné lui-même de sa démarche, va l’aborder, et ces deux êtres cabossés par la vie entament un dialogue qui sera tout, sauf banal.

Hélène a perdu son mari dans le tremblement de terre de SAN FRANCISCO, il y a juste quelques semaines. Mathieu, lui, a été abandonné par son compagnon Diego, qu’il rejoignait régulièrement à LISBONNE.

Hélène se montre telle qu’elle est, avec ses blessures, raconte son cauchemar, l’incrédulité devant l’absence de corps, l’impossibilité de faire son deuil, le silence, les mots dénués de sens des autorités, la difficulté de faire la preuve de la mort de son mari dans cette catastrophe, elle doit demander un procès verbal de disparition...

Mathieu l’écoute, narre à son tour l’appartement vide, le manque, la souffrance, la recherche de l’oubli dans d’autres corps, hommes ou femmes, trouvés pour une nuit, le dégoût au petit matin.

A travers des repas au restaurant, des promenades dans la ville, ils sentent qu’ils se font mutuellement un cadeau, eux seuls peuvent se comprendre sans juger.

Lorsque Hélène décidera de repartir pour la France, c’est avec la sensation qu’elle pourra un jour reprendre le cours de sa vie, elle laissera derrière elle un Mathieu à qui elle a fait un beau cadeau.

Marie de Vallières a aimé la vie que l’auteur met dans son écriture. Cela crée un contraste surprenant avec l’histoire de cette femme et de cet homme qui ont toutes les peines du monde à ne pas se laisser couler. Quelquefois il est tellement plus simple de renoncer que de se battre.

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 08:43

Lecture à deux voix Pline l'ancien et son épouse Colette B :

Le bureau des jardins et des étangs au Japon de Didier Decoin

Miyuki est veuve, son mari était un grand pêcheur de carpes destinées à alimenter les étangs impériaux. La vente de ces carpes fait vivre tout le village.

 

Une grande traversée de la femme du pêcheur pour livrer les dernières carpes à la ville de l’empereur. Chaque étape est un souvenir de ce que lui en a dit son mari.

Tout est lié à l'imagination dans cette ville impériale, l'empereur demande au candidat premier ministre de trouver un parfum qui doit avoir de la fraîcheur et de l'humidité et justement la femme qui arrive sent mauvais.

Un roman extrêmement original hors du monde de l'argent.

 

Colette relève la sensualité des lèvres des carpes .  Elle y voit la carpe représentation du mari, de l'amour, son mari lui a fait découvrir la vie, certes dans une cahute mais c'est un amant extraordinaire.

L'épouse pleure son amour perdu et elle accomplit ce voyage comme si son mari l'accompagnait.

Une autre civilisation symbolique ou pas avec des légendes :

Un animal monstrueux ! Se promener avec un concombre !

L'empereur fait un poème sur lequel il veut coller un parfum, il faut surtout lui traduire jalousie et humidité, Il se sert des carnets d'une dame de la cour du 10e !

Il faut onze robes pour se présenter à l'empereur !

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 18:02

Une jeune femme iranienne Kimia, dans une salle d'attente parisienne,  se remémore   sa famille et  ses dix dernières années passées en Iran, une mère prof d’histoire, un père journaliste, une révolution communiste,  une histoire sur trois générations ...

Qu'Est-ce que L'identité, la transmission ...La jeune femme exilée attend une insémination.

Cette famille toujours dans l'opposition au régime politique, a dû fuir en traversant plusieurs pays.

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 12:59

Françoise a aimé

Watership down

Une littérature poétique, irréelle, épique sur la vie des lapins de garenne, l'auteur décrit par le menu ce que le lapin voit de sa hauteur : la lumière, la fleur,

Mais le maître est méchant et les lapins veulent trouvent une autre garenne.

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
24 avril 2017 1 24 /04 /avril /2017 07:41

Le promeneur d'Alep

Niroz Malek

 

Des voix de fantômes qui franchissent des barrages. Cris, silence, tristesse et vie ...

Des personnages qui se promènent nus dans une ville assiégée, des gens simples qui s'aiment.

Tout paraît presque normal sauf que ces voix ont été tuées.

L'écrivain ne veut pas sortir de sa ville et à travers des nouvelles courtes nous plonge dans l'atrocité d'Alep sous les bombes.

Une très belle écriture.

 

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 16:48

Françoise a lu Sauvage par nature de Sarah Marquis la marcheuse

 

Cette femme époustouflante a marché de la Sibérie à l 'Australie durant 1000 jours .
Sarah Marquis dépasse sa peur, sa solitude, sa souffrance avec beaucoup d' opiniâtreté, elle fuit les humains  et souhaite retrouver l'harmonie avec la nature.

Plus de 30 kgs de matériel qu'elle pousse devant elle dans un chariot, elle avance toujours, rien n' est  facile dans le sable ou la boue, dans ses rencontres avec les trafiquants ou les cavaliers mongols...

 

Une belle leçon de courage

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article

Présentation

  • : LES AMIS DE LA BIBLIOTHEQUE ANNONAY
  • LES AMIS DE LA BIBLIOTHEQUE ANNONAY
  • : Ce blog se veut être le trait d'union entre ceux qui s'évadent par la lecture ou l'écriture
  • Contact

Recherche

Liens