Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 juillet 2017 6 08 /07 /juillet /2017 11:34

SUR CETTE TERRE COMME AU CIEL Davide ENIA

 

C’est un beau premier roman, dramatique, poignant et coloré qui parle beaucoup de boxe à Palerme !  C’est aussi l’histoire d’une famille sicilienne à travers trois générations, quelques séquences de guerre en Sicile dont peu reviennent.

L'élégant grand père ROSARIO. qui devient une idole.

Le père nommé LE PALADIN, mort très jeune.

DAVIDU le dernier de la lignée qui va s'entraîner chez son oncle IMBERTINO flamboyant personnage, boxeur évidemment, amateur de prostituées. Il va prendre en main la carrière de Davidu qui deviendra le champion de la famille.

Davidu parle avec ses poings mais perd son vocabulaire lorsqu'il parle aux filles.

Un univers d’hommes où émergent de beaux personnages de femmes comme dit Hermine, les italiens les aiment alors que je les trouvais un peu machos :

Providenza la grand-mère, ancienne institutrice qui a appris à lire à son petit fils très tôt ainsi que le latin, et la belle Nina premier amour de Davidu.

La prostituée exceptionnelle embauchée pour fatiguer l'adversaire.

Des boxeurs qui sont aussi déménageurs.

Leurs deuils, leurs amours, leurs forces sont traités comme des expériences d'adolescence dans la même verve.

Outre la boxe dans tous ses développements, c’est une belle histoire de famille, d’amitié, avec le Faire valoir du souffre douleur, d’amour, de flirt, de transmission des valeurs, dans une société sicilienne pleine de violence mafieuse. Clémentine Pépin trouve le roman un peu crû, mais drôle. Claudette s'est beaucoup amusée .

 

On s’emmêle un peu les gants au cours du récit car l’auteur passe d’un personnage à l’autre, (tous boxeurs évidemment) parfois dans la même phrase, ce qui nécessite une certaine concentration pour s’y retrouver.

On prend plein de coups et à la fin on est un peu KO entre rires et larmes.

 

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
7 juillet 2017 5 07 /07 /juillet /2017 09:06

 

Là ou se croisent quatre chemins de Tommi Kinnunen

Une belle fresque romanesque sur un siècle d'une famille aux personnages intéressants avec des descriptions  détaillées avec cependant beaucoup de retour dans le temps.


Les descriptions sont très visuelles, on perçoit la tension et peut être même parfois les odeurs.

Au nord de la Finlande, Maria, une sage femme indépendante élève sa fille Lahja sans homme, son amoureux le pharmacien est mort dans l'incendie de sa maison, Maria n 'a pas été admise par les sœurs de son amoureux. Nous sommes début 19e siècle, leur morale archaïque parle pour elles.

Cette fille Lahja devient fille mère d'Anna mais rêve d'amour et d'un mari pour l'épauler, elle reviendra avec un homme très gentil Onni.

Onni adore les enfants mais lors de son départ à la guerre, il se découvre amoureux des hommes, de temps en temps, il en rejoint à Oulu mais très culpabilisé, se pense malade jusqu'à en avaler un flacon de mort aux rats, il pense que la cécité de leur fille Héléna est sa punition, ce sera la psychiatrie.

Toutefois, Onni est un excellent père, il bâtit et rêve du meilleur pour ses enfants.

Lahja finira par découvrir le secret d'Onni, cela détruira leur couple et fera d’elle une femme aigrie, qui rendra la vie de sa belle fille et de ses petits enfants très désagréable.

L' austère Lahja est vraiment très difficile à vivre pour Kaarina la belle fille épouse de Johannes son fils, qui doit cohabiter tant bien que mal avec cette belle mère ingrate.

J'ai envie de lui donner une médaille à cette belle âme respectueuse.

Toute une famille avec des secrets qui vivent dans la même maison bâtie par Onni mais ne se parlent pas. La maison est si grande.

Ce livre magique nous emmène dans de belles descriptions comme pour nous assassiner lors de scènes difficiles.

 

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
3 juillet 2017 1 03 /07 /juillet /2017 16:04

NOTRE HISTOIRE Rao PINGRU

Un livre très original sans pathos d'un couple qui subit beaucoup de privations.

 

Rao et sa femme l'élégante Meitang ont connu une vie difficile mais leur bel amour malgré un mariage arrangé a survécu à toutes les séparations et les épreuves....

Le drame est là au cœur de leurs vies (on découvre leur quotidien dans l'échange de leurs courriers) et pourtant le livre est frais, reposant, fataliste peut être !

Leur philosophie accorde beaucoup de temps à l'art de manger et à la préparation des repas prévus pour la journée ou l'événement.

Le roman est illustré par l'auteur d' images colorées, un peu naïves mais qui permettent bien de visualiser le récit. Le rêve de Rao parviendra donc à devenir réalité puisque son art du dessin sera reconnu.

A la mort de son épouse adorée, le vieil homme chinois entreprend de raconter leur vie.

Il fait revivre au travers de l’histoire de sa famille l’évolution de la société chinoise et leurs conditions de vie suivant les différents régimes politiques.

C’est une histoire très touchante, qui fourmille de détails pratiques sur la vie quotidienne, l’organisation de la famille, l’habitat, la cuisine avec ses variété de mets. On découvre la place que la nourriture tient dans la vie de ces chinois si souvent affamés.

 

 

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
2 juillet 2017 7 02 /07 /juillet /2017 12:37

 

NO HOME Yaa GYASI

 

Cette Fresque historique se déroule sur trois siècles pour nous présenter le destin de deux familles noires.

Nous sommes à la fin du 18e siècle, au Ghana, leur ancêtre Maame, esclave d’un notable dont elle a une fille EFFIA, s’enfuit en abandonnant le bébé. Elle se remarie quelques années plus tard et aura une autre fille ESI.

C’est l’histoire de ces deux sœurs qui ne se rencontreront jamais, elles seront pourtant très proches du même lieu à un certain moment.

Effia sera mariée à un capitaine anglais et connaîtra une vie agréable. Ses enfants seront libres et éduqués. Esi est vendue comme esclave, elle sera embarquée sur un bateau négrier à destination des champs de coton des États Unis et ses enfants et petits enfants connaîtront le même destin.

Chaque chapitre concerne un descendant d’Effia et d’Esi, en suivant l’arbre généalogique mais en sautant alternativement d’une branche à l’autre (pas toujours facile de s’y retrouver !) Le fil conducteur est un collier qui se transmet de génération en génération.

Clémentine Pépin trouve ce livre bouleversant, il traite de l’esclavage, du racisme de la ségrégation, du déracinement, des conflits ethniques. La galerie des personnages est magnifique, chacun apportant sa pierre à l’histoire au fil des siècles et de l’évolution de la société. C’est toute l’histoire douloureuse du peuple africain dans ce livre superbe qu’on lit avec beaucoup de plaisir et d’émotion.

Claudette enthousiaste,  trouve cette lecture si aisée et prenante qu'il lui fut difficile d' arrêter la lecture de cette histoire qui s'étale sur 7 générations et 2

continents africain et américain.

Enthousiasmant ! Est ce parce que cette histoire est ethnique, tribale, une

société éloignée de la nôtre ?

Hermine trouve certaines fresques exagérées car personne n'avait intérêt à abimer  "la marchandise" que représentait l'esclave emprisonnée dans le fort comme il est décrit dans ce premier roman.

Il n'y a pas que la blessure éternelle du colonialisme et de l'esclavagisme. Les ethnies entre elles ne sont pas tendres. Ces pays de tradition orale sont à la fois envoûtants et me font peur car pour ne pas être tués, préfèrent vendre l'autre ethnie à l'étranger. Cela n 'est pas si  lointain (Rwanda)

 

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 14:30
 
 
Des échanges musclés ce matin, l'un a aimé, l'autre n'a pas réussi à aller jusqu'au bout de certains livres, les débats sont divergents et pourtant bien complémentaires pour la compréhension des 10 œuvres lues en prévision du Prix Grenette.
 
Prix Grenette 2017 accordé à
 
No Home de Yaa Gyasi Ghana qui traite de l'évolution de l'Afrique, du colonialisme et l'esclavagisme.
 
No home s'étale sur sept générations et chevauche le continent africain et le continent  américain. Une lecture aisée et prenante.
 
2e ex æquo : Notre histoire de Rao Pingru (Chine) un livre très original et
la belle fresque romanesque sur un siècle : Là ou se croisent quatre chemins de Tommi Kinnuen Finlande.
 
3e Sur cette terre comme au ciel de Davide Enia Italie un premier roman entre rires et larmes.

 

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 14:28

 

Fabienne Juhel

Comme bien d'autres à la fin de la deuxième guerre mondiale, L'héroïne est tondue en place publique sur la chaise n° 14 de l'auberge de son père. Maria qui a aimé un officier allemand n'oppose aucune résistance mais va relever une liste des six noms de tondeurs et fera tout pour déplacer la honte et la culpabilité sur ces hommes.

Un style très simple pour un roman féministe.

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
26 mai 2017 5 26 /05 /mai /2017 14:11

En Bretagne, une bibliothèque décide de proposer à ses  lecteurs la prose de manuscrits refusés par les éditeurs.

Une jeune éditrice y découvre un chef d’œuvre dont la qualité et l'histoire sont telles qu'elle décide de le propulser. Il est signé Henri Pick, un pizzaîolo or sa veuve ne l'a jamais vu écrire. Avait-il une double vie ?

Tout ce mystère va auréoler le roman de succès.

Une enquête littéraire aux conséquences étonnantes dans la vie de certains.

Une comédie sympathique et parfois bien méchante.

 

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 13:28

J'ai toujours cette musique dans la tête d'Agnès Martin Lugand

 

Vera et Yannis sont heureux et s'aiment comme au premier jour de leur rencontre, Yannis est un autodidacte souvent ramené à de seconds rôles. C'est un homme très ingénieux mais qui n 'est pas architecte comme son beau frère Luc avec qui il travaille. Le beau frère refuse que Yannis participe à un projet, Tristan, le nouvel ami du couple conforte Yannis dans ses projets  qu'il finance, Yannis s'envole de ses propres ailes...

Une déception! Un livre convenu sans rencontre.

Juste un roman de gare bien écrit qui se lit facilement.

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 13:50

Hubert Reevess, astrophysicien de 85 ans nous raconte sa jeunesse québécoise dans la nature avec son lot de déception et d’enthousiasme :

La barrière et les différences de langues et de religions.

Le poids du clergé catholique, un milieu scientifique de requins très recroquevillé sur ses règles hiérarchiques où sans propriété intellectuelle, un grand professeur pique l' idée.de son étudiant.

Des professeurs pourtant géniaux dans leurs domaines qui s'opposent à la théorie du Big Bang.

Hubert Reeves nous décrit des génies de grand esprit pourtant si fermés sur leur théorie tel Einstein savant qui refuse la mécanique quantique.

Toute science passionne l'auteur infatigable musique, beauté, philosophie qu'il souhaite partager avec le plus grand nombre.

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 17:56

Histoire de la violence. Édouard Louis

 

Un soir de Noël alors qu'il rentre à pied d'un réveillon passé chez  ses amis, Édouard Louis est accosté par Reda dans la rue.

Édouard prend peur mais ils discutent de leurs pères et peu à peu le charme opère. Edouard fait monter l'homme dans son appartement, ils feront l'amour de façon consentie.

Reda vole le téléphone d’Édouard, tout va alors basculer sous les reproches d' Édouard.

Reda violera Edouard sous la menace d'un pistolet. Edouard ne se remet pas de ce viol, il portera enfin plainte et sera hébergé chez sa sœur.

La narration est doublée du récit  de la sœur d'Edouard qui nous fait entrer dans le mystère de la sensibilité du jeune homme qu'on aurait eu tendance à juger si on suivait juste le déroulement des faits.

 

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article

Présentation

  • : LES AMIS DE LA BIBLIOTHEQUE ANNONAY
  • LES AMIS DE LA BIBLIOTHEQUE ANNONAY
  • : Ce blog se veut être le trait d'union entre ceux qui s'évadent par la lecture ou l'écriture
  • Contact

Recherche

Liens