Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 19:36

Un roman que j'ai beaucoup aimé , d'autres n'ont pas trop apprécié.

LE DERNIER DES NOTRES – Adélaïde de CLERMONT TONNERRE

Clémentine Pépin n'a pas adhéré à cette histoire trop belle pour être crédible  avec ses côtés de roman Harlequin
Les deux héros Werner et Rebecca sont jeunes, beaux, riches, tout leur réussit. Évidemment, ils se rencontrent. Après quelques péripéties ils deviennent très amoureux, se séparent, se retrouvent. L’histoire va se compliquer lors de la présentation de Werner aux parents de Rebecca, cette présence fait surgir le passé douloureux de la mère, et déclencher une série d’événements assez rocambolesques et là ça devient un peu plus intéressant mais assez invraisemblable. Mais heureusement tout finit bien !

Marie de Vallières trouve que le roman se lit facilement, que l'aventure frise le roman à l'eau de rose, rocambolesque mais non romanesque, c'est pourtant le Prix de l'Académie française.

Werner ZILCHER est un coureur de jupons… Jeune homme ambitieux, il est en train de faire fortune dans cette Amérique où tout est possible dans les années 1969. Il tombe subitement amoureux de la très belle Rebecca, fille d’un richissime homme d’affaires. S’écoule une année d’amour et de disputes car tous deux ont un fort caractère. S’ajoute à cela l’opposition farouche du père de la jeune fille, qui prend Werner pour un coureur de dot, mais c’est lors d’un dîner où la jeune fille présente officiellement Werner à ses parents que la situation va déraper. En effet, sa mère, Judith, semble reconnaître en Werner un homme qu’elle pensait ne jamais revoir. Rébecca disparaît, Werner se lance à sa recherche, ce sera l’occasion pour lui de découvrir son passé et remonter dans ses souvenirs d’enfance.

Il part alors à la recherche de ses parents biologiques, puisqu’il est d’origine allemande et fils adoptif d’un couple d’américains modestes.

On va rencontrer au cours des pages le monde de la peinture et celui d’Andy WARHOL, suivre l’histoire de VAN BRAUN, le savant qui a d’abord travaillé pour les nazis et conçu les fameux V2, de sinistre mémoire, avant d’être récupéré par les américains sous le nez des soviétiques pour le faire travailler pour la NASA.

 

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 18:00

Deuxième ex æquo du Prix des prix

le Goncourt Chanson douce de Leila Slimani

 

Myriam s’occupe parfaitement de ses deux jeunes enfants. Elle est une bonne mère, mais se sent de plus en plus à l’étroit dans sa vie de jeune femme au foyer. Malgré les réticences de Paul son mari, elle désire reprendre son métier d’avocate. Une rencontre avec un ancien condisciple lui donne le coup de pouce nécessaire pour se relancer dans la vie active.

Elle décide de prendre une nounou à la maison pour le bien-être des enfants. Elle s’investit très sérieusement dans cette recherche et découvre la perle rare, Louise, une jeune femme toute menue, qui passe avec succès les tests de recrutement et qui, d’emblée plaît aux enfants.

Louise devient indispensable, investit en douceur la vie du jeune couple, qui part même en vacances en Grèce avec elle.

De nounou elle devient en plus leur cuisinière, leur femme de ménage, elle se rend indispensable mais peu à peu sans savoir pourquoi Myriam se met à douter, il s’installe une légère gêne, et elle, qui voulait tant que Louise devienne une amie, la tient maintenant à distance. Paul ne voit rien.

Derrière la façade lisse de Louise, de légères zones d’ombre se profilent et l’image de la nounou parfaite se craquelle. La mise à l’écart par ses jeunes patrons va réveiller sa jalousie, révéler le vide de sa vie. Elle qui ne vit qu’à travers son travail et ce jeune couple se sent dépossédée de tout.

Quand viennent s’ajouter les ennuis financiers et la perte de son logement, Louise craque et commet l’irréparable, le crime affreux et la mort des deux jeunes enfants que pourtant, elle aimait.

Une histoire moderne qui fait froid dans le dos, car les journaux nous ont raconté ce genre de faits divers. Bien que dès le début on sache l’issue horrible de cette histoire, l’auteur nous tient en haleine jusqu’à la dernière page, faisant subtilement monter l’angoisse, alternant les mots de douceur infinie et les petits détails cruels qui nous font glisser vers l’horreur du dénouement.

Le titre est parfaitement en adéquation avec la construction du roman, une chanson douce que nous avons tous fredonnée pour endormir nos petits.

 

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 10:01

 

Deuxième Prix des prix :

Un Récit tragique qui remue les tripes de Clémentine Pépin dans une forme de récit inhabituel.

 

COMMENT BAPTISTE EST MORT ALAIN BLOTTIERE
Baptiste jeune garçon, ses parents et ses deux petits frères sont enlevés par un groupe de djihadistes, ils sont retenus prisonniers dans le désert.
Libéré, Baptiste est revenu en France et subit un débriefing avec un interlocuteur psychiatre qui va tenter de lui faire raconter sa détention auprès de ses ravisseurs.
Le récit alterne entre les entretiens de Baptiste avec le psy et l’évocation de ses souvenirs enfouis au plus profond de son être, on les devine particulièrement douloureux puisqu'il ne les évoque pas avec son interlocuteur.
Baptiste a été baptisé Yumaï (Renard du désert) par ses ravisseurs qui l’ont complètement déshumanisé et convaincu à leur cause. Baptiste n’existe plus, il est devenu le « renard du désert ». Il ne pourra plus jamais reprendre une vie normale d’adolescent car il porte en lui une souffrance et des images insoutenables qu’il ne pourra jamais oublier.
 

Qu'en pense Marie de Vallières de ce prix Décembre :

 

Baptiste, adolescent de quatorze ans a été enlevé par des djihadistes en même temps que ses frères et ses parents. Que s’est-il réellement passé pendant cette captivité dans le désert ? C’est ce qu’essaie de lui faire dire une personne chargée de récupérer le maximum d’informations et de l’aider aussi à aller mieux en ravivant ses souvenirs.

Il a l’air d’être le seul survivant, mais il ne se souvient pas ou ne veut pas se souvenir de ce qui s’est passé. Il se protège. La vérité est-elle trop insoutenable ?

Les voix se répondent, on sent la patience dans celle de l’adulte, la douceur, et au fil des jours Baptiste, qui dit maintenant s’appeler Yumaï, lui confie de plus en plus de pans de sa vie dans le désert.

La drogue était omniprésente pendant sa captivité, ses gardiens en consommaient régulièrement et en ont fait abondamment profiter Baptiste, ce qui explique en partie ses hésitations, ses manques, ses trous noirs, ses flashs.

Malgré la peur, la faim la soif et le désespoir qu’il a endurés, Il a été fasciné par ses bourreaux, par la beauté des nuits dans le désert, les étoiles et les dessins préhistoriques dans la grotte, qui l’ont aidé à survivre. Il dit son désir d’y retourner.

Les zones d’ombre se remplissent peu à peu de ses souvenirs, des secrets qu’on lui avait dit de garder, et il n’est pas assez fort pour affronter la vérité.

Baptiste est bien mort à la première partie de sa vie.

 

Ce roman sous forme de séances de psychothérapie entrecoupées de courts récits qui ne sont pas sans poésie, nous plonge dans un problème d’actualité brûlant et cruel. Cette manipulation d’un jeune esprit par un islam radical et dévoyé, porte à son paroxysme la fascination de l’horreur. Il s’agit de l’esprit d’un jeune garçon détruit à l’aube de sa vie d’homme. J’ai aimé l’angle original pris par l’auteur pour aborder cet endoctrinement qui pourrait être celui de toute secte.

 

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 13:40

Prix des prix, je reviens avec Clémentine Pépin sur cette belle découverte  inconnue et peu vendue. Ce prix est très attachant avec de belles descriptions poétiques.

 

GIBOULEEES DE SOLEIL LENKA HORNAKOVA CIVADE
Ce livre est l’histoire de femmes libres et courageuses, bâtardes  qui s’assument ainsi. Elles vivent en Tchécoslovaquie après la seconde guerre mondiale au moment où ce pays connaît de profonds bouleversements.
Le personnage le plus attachant est celui de la grand-mère Marie, qui a eu, hors mariage, une fille Madgalena avec un médecin juif qui l’employait et l'a abandonnée pour fuir avant la 2ème guerre mondiale.
Marie retourne dans son village natal où elle ne sera pas très bien accueillie mais elle finira par gagner la confiance et l’estime des villageois, elle pourra y exercer sa profession de sage femme.
C’est une belle femme, forte et dure, très indépendante, qui ne se laissera jamais dicter sa conduite.
 

Madgalena employée dans une ferme va donner naissance à une petite fille Libuse, fruit de ses amours avec le fils du patron qui n’en saura rien. Elle va la confier à la garde de sa mère et épouser un homme qu’elle n’aime pas, violent et alcoolique.
 

Libuse aura une relation fugace mais intense avec un soldat russe, elle épousera son ami d’enfance pour donner un père à la petite fille qu’elle va mettre au monde Éva qui réalisera des années plus tard le vœu de sa grand-mère.


Ces femmes sont magnifiques, elles assument totalement leur choix de vie et brodent merveilleusement bien.

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
28 janvier 2017 6 28 /01 /janvier /2017 19:15

GIBOULEES DE SOLEIL – Lenka HORNAKOVA-CIVADE

RENAUDOT DES LYCEENS

 

Quatre générations de femmes Marie, Magdalena, Liba, Eva, semblent poursuivies par une même malédiction… Elles tombent amoureuses d’un homme, cela dure quelques mois ou quelques jours, et le destin leur arrache très vite ce qu’elle croyait être le bonheur. Il leur reste juste une fille, la honte d’être une mère célibataire et pour l’enfant la lourde tâche de survivre à la bâtardise … Pourtant elles vont suivre leur destinée avec un courage et une fierté grandissante au fil des générations. Même battues, mal mariées, elles ne perdront jamais de vue qu’elles ont eu leur giboulée de soleil…

Marie va tenir l’auberge du village et sert de sage femme. Elle a quitté l’Autriche, et vit en Tchécoslovaquie. Elle a connu la montée du nazisme, sa fille sa petite fille, et son arrière petite fille vivront les années du remembrement de l’Autriche et de la Tchécoslovaquie, les coopératives, le modèle soviétique idéal, la construction puis la chute du mur de Berlin, l’invasion du pays par les russes mais peut être enfin pour Éva la liberté et le rêve de Paris.

Marie de Vallières a adoré cette histoire de femmes libres, farouches, gardant au fond d’elles la flamme de leur liberté malgré les coups du sort, avec pour seule richesse leur talent de brodeuse comme un fil les reliant les unes aux autres.

L’auteur a réussi à glisser une délicate poésie dans ces pages qui racontent des histoires dures, sans concession, où la vie des femmes est soumise encore et encore à la rude loi de la domination des hommes, mais où l’espoir, l’instinct de survie et la conscience de leur humanité sont plus forts que tout.

 


 

 

 

 

Voir les commentaires

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
28 janvier 2017 6 28 /01 /janvier /2017 14:50

Prix des prix à

Giboulées de soleil de Lenka Hornakova Civade

Un fil de broderie qui unit 4 générations de femmes dans GIBOULEES de soleil.

Quatre femmes entachées de bâtardise dont elles sortent leur liberté et leur force intérieure.

Un grand moment d'histoire de la Tchécoslovaquie avec de belles pages de poésie

 

Deuxième Prix Ex æquo :

Comment Baptiste est mort de Alain Blottière

Un roman d'une présentation très intéressante et surprenante , un témoignage plein de couleurs poétiques avec drogue et lavage de cerveau.

Chanson douce de Leila Slimani avec l'autopsie d'une dégradation progressive menant à la folie.

 

Troisième Prix à Petit pays de Gaël Faye

 

Résumés et Avis à suivre sur ce blog

 

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 14:51

Les Amis de la Bibliothèque Annonay /Rhône Agglo présidée par Anne-Marie Quintard vous invitent à assister au Prix des prix à la Bibliothèque du parc St Exupéry à Annonay à partir de 10h30 demain samedi 28 janvier 2017

9 romans ayant reçu un prix littéraire seront disséqués afin de choisir les trois meilleurs ouvrages de l'année 2017.

 

Une seule règle : Aimer lire !

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 16:52

 

Moïse, Orphelin de Pointe Noire, dont le nom à rallonges est imprononçable vit entre son ami Cocola et le prêtre Papa Moupélo dans une institution corrompue comme paraît l'être tout ce qui gravite autour.

L'enfant recevra le nom plus facile de Petit Piment car il a fait reculer un rival grâce à la poudre de piment.

Lorsque la révolution socialiste arrive, le prêtre catholique disparaîtra mais le directeur corrompu s'en sort toujours et met en place ses pions.

Petit Piment se sauvera de cette institution en direction des bas fonds des plages de Pointe noire, les lois y sont difficiles et le maire François Makelé veut nettoyer les plages de ces gangs qu'il repousse plus loin mais Moïse fera une rencontre pleine de miel, Maman Fiat 500.

C'est une prostituée zaïroise, la meilleure pour les politiciens, tout irait pour le mieux si le maire corrompu qui veut laver plus blanc que blanc ne s'attaquait pas aux putes zaïroises. Maman Fiat 500 et ses filles disparaîtront.

Petit Piment qui habite dans la cabane de maman Fiat 500 en deviendra fou mais peut être pas si fou que cela lorsqu'on connaît la fin.

Une réflexion sur deux destins d'orphelins dont l'issue paraît fatale.

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
15 décembre 2016 4 15 /12 /décembre /2016 17:25

 

J'ai lu En attendant Bojangles d'Olivier Bourdeault

 

Un bel amour passionnel dont chacun  rêve, tout est si féerique dans cet absolu.

De leur plongeon habillés dans la piscine aux fêtes magiques.

Danser sur Mr Bojangles de Nina Simone à toute heure langoureusement. On en rêverait .

Ce tourbillon éblouit le fils tantôt petit prince, tantôt esseulé jusqu'au jour où la mégalomanie de la mère met le feu aux souvenirs et à l'appartement.

Autour d'eux, des personnages extravagants pédalent dans cette folie douce.

Pour que la fête continue, le père et le fils sortent la mère de l’hôpital psychiatrique.

Une fin brutale.

 

Voir les commentaires

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
14 décembre 2016 3 14 /12 /décembre /2016 09:21

Dominique a lu :

L'administrateur provisoire Alexandre Seurat

Une enquête familiale menée par l'arrière petit fils de Raoul H nommé administrateur provisoire durant l'occupation.

Lors de l'enterrement de son frère, le narrateur se rend compte qu'il y a un tabou, un secret de famille, il va aux archives nationales pour retrouver l'histoire de cet arrière grand père détestable,

Il comprend rapidement qu'il a été un collaborateur qui a spolié des juifs et les a entraînés dans la déportation.

Le roman est construit comme des petites nouvelles avec différents personnages, bourreaux et victimes .

Raoul H mène sa mission avec beaucoup de zèle, il va trouver Pierre Dreyfus qui vend de la literie et habite un immeuble qu'il refuse de  vendre. L'administrateur provisoire va le retrouver à Marseille pour récupérer cette entreprise familiale.

Raoul H fera tout pour s'emparer de l' argent d' une juive hongroise qui a une entreprise . La veuve qui a été déportée réclame son dû à son retour.

Mais l'aïeul continue à vivre et invente un procès.

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article

Présentation

  • : LES AMIS DE LA BIBLIOTHEQUE ANNONAY
  • LES AMIS DE LA BIBLIOTHEQUE ANNONAY
  • : Ce blog se veut être le trait d'union entre ceux qui s'évadent par la lecture ou l'écriture
  • Contact

Recherche

Liens