Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 18:00

Les prochaines sélections auront lieu les 4 et 14 octobre. Le prix Femina sera remis cette année le 25 octobre, une semaine avant les autres grands prix littéraires d'automne. Voici cette sélection par ordre alphabétique d'auteurs: Romans français: - Sophie Avon, "Le vent se lève" (Mercure de France) - Nathacha Appanah, "Tropique de la violence" (Gallimard) - Jean-Baptiste Del Amo, "Règne animal", (Gallimard) - Catherine Cusset, "L'autre qu'on adorait" (Gallimard) - Chloé Delaume, "Les sorcières de la République" (Seuil) - Négar Djavadi "Désorientale" (Liana Levi) - Gaël Faye, "Petit pays" (Grasset) - Hélène Gestern, "L'odeur de la forêt" (Arléa) - Frédéric Gros, "Possédées" (Albin Michel) - Serge Joncour, "Repose-toi sur moi" (Flammarion) - Luc Lang, "Au commencement du septième jour" (Stock) - Marcus Malte, "Le garçon" (Zulma) - Laurent Mauvignier, "Continuer" (Minuit) - Céline Minard, "Le grand jeu" (Rivages) - Leila Slimani, "Chanson douce" (Gallimard) - Florence Seyvos, "La sainte famille" (L'Olivier) - Thierry Vila, "Le cri" (Grasset) - Eric Vuillard, "14 juillet" (Actes Sud)

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 13:57
Rentrée littéraire suite ...

Police Hugo Boris

Trois flics ordinaires sont appelés en renfort pour convoyer quelqu'un en état d'expulsion , ce réfugié qui a dénoncé la corruption du parti au pouvoir dans son pays est voué à la mort Huis clos dans ce fourgon : Faut-il obéir à la loi ou à sa conscience ? Se lit rapidement

Petit Pays Gaël Faye

13 ans, c'est l'age de traîner avec ses copains, il faut beau mais le bonheur s'enraye. Les parents divorcent et la guerre arrive.

Lucie ou la vocation Maëlle Guillaud

Deux lectures de deux jeunes filles lettrées d'aujourd'hui , Lucie va entrer en religion dans un couvent fermé, Juliette, son amie ne comprend pas et donne sa version …

Memory de Petina Gappah

Zimbabwe , une petite fille albinos est rejetée par sa famille, elle est donnée ou vendue à un homme blanc, celui-ci va lui permettre d'accéder à un autre univers. Aujourd'hui, elle est cependant dans le couloir de la mort , on l'accuse d'avoir tué cet homme .

Séduire Isabelle A : Sophie Bassignac

Pour épouser la belle dont il est follement amoureux, Pierre, l'homme qui vient d’une famille calme doit également épouser la famille extravagante peuplée du -petit groupe- , une galerie de portraits pleine d'humour

L'administrateur provisoire Alexandre Seurat

Le grand père Raoul H est l'administrateur provisoire des biens des commerçants et artisans juifs sous Vichy

Avant que naisse la forêt de Jérôme Chantreau

On adore ou on déteste ce roman,. Sa mère est décédée, Albert retourne dans la maison de la forêt, une lente remontée des souvenirs avec l'atmosphère étrange des souvenirs dans ce milieu.

Le jardin arc en ciel Ito Ogawa

Une écriture japonaise, une jeune femme qui rencontre une lycéenne qui veut se jeter sous le train, une histoire d'amour, les deux femmes repartent dans la montagne. Un roman de tolérance, d'acceptation et de douceur.

Les règles d'usage de Joyce Maynard

Brooklyn 11/09/2001, Wendy 13 ans vit avec son beau père Josh et son ½ frère Louie, elle se dispute avec sa mère ce matin là, une mère qui ne reviendra pas, happée dans l'attentat des tours jumelles, son père biologique apparaît et l'emmène en Californie. Les règles y sont différentes.

Une nuit Markowitch d' Ayelet Gundar Goshen

Des palestiniens ont sauvé des femmes juives en les épousant.

Zeev et Yaakov se rendent en Allemagne pour épouser des femmes juives, ils ne doivent passer qu'une seule nuit en temps que mari et femme et doivent leur rendre la liberté en divorçant dès le retour mais Yaakov qui a épousé Bella la plus belle ne le souhaite pas, un roman truculent et sensuel.

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
17 septembre 2016 6 17 /09 /septembre /2016 12:46
Présence du bureau de l'association à la rentrée littéraire du coin des livres

~~ Soirée Rentrée littéraire au coin des livres à Davézieux

Ma part de gaulois de Magyd Cherfi (Pré sélection Goncourt)

Fils d'émigré né dans une famille pauvre et sans culture, il aime l'école et la poésie, il est le premier à avoir le bac et fait la fierté de sa mère mais provoque les quolibets de ses camarades. Son père ne veut pas trahir ses racines, Mitterrand est élu et les émigrés préparent leurs valises, ils ont peur de cet ancien ministre qui pourrait bien les renvoyer au pays. Un roman sur l'identité.

Un paquebot dans les arbres de Valentine Goby

Un roman issu de l' histoire vraie de Mathilde que l'auteur a rencontrée.

Année 1950 ...Paulo est l’âme du village, il le fait vivre. C'est un temps d'insouciance mais Paulo tombe malade , il est tubard, Odile, sa femme porte le bacille, ils vont devoir vendre, ces parents sont envoyés en sana et les enfants placés en famille d'accueil.

Leur gamine se bat.

On a la pêche en terminant ce bouquin.

14 Juillet Éric Vuillard

Des hommes du peuple détruisent le symbole de la Bastille. On découvre cette foule en colère, on gronde et fait la révolution avec eux.

Voici venir les rêveurs Imbolo Mbue

Le village camerounais se cotise pour que Jende et son épouse puissent vivre leur rêve américain.

Sans papiers, ils vivent à Harlem. Jende devient le chauffeur loyal et discret de Clark Edwards qui travaille pour Lehman Brothers, Neni poursuit ses études en élevant leur fils. Malgré leur bonne volonté, le rêve américain s'effrite avec la crise des subprimes.

Les contes défaits Oscar Lalo

On ne sort pas indemne de ce livre autobiographique, pas de description glauque mais on comprend rapidement le décalage entre l'atmosphère de ces mamans heureuses de payer des vacances à leurs enfants et leur destination dans ces camps de bonheur sous l'autorité d' une directrice austère et d'un directeur qui se transforme en loup.

Repose-toi sur moi Serge Joncour

Une histoire d'amour extra-conjugale entre deux êtres que tout oppose (avec une vision un peu particulière d'Annonay)

Chanson douce de Leila Slimani (Pré sélection Goncourt)

Aujourd'hui, la mère rentre plus tôt, le bébé est mort … Qu'a fait Louise, la nounou perle rare qui est devenue indispensable à ce couple de bobos parisiens . On remonte le temps !

Monsieur Origami Jean Marc Ceci

Se lit comme un petit livre de pensées philosophiques japonaises

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
16 septembre 2016 5 16 /09 /septembre /2016 14:42

~~Pré sélection Goncourt

l'insouciance Karine Thuil

L'affaire léon Sadorski

Chanson douce Leila Slimani

Babylone Yasmina Reza

Continuer Laurent Mauvignier

Cannibales Régis jauffret

Lætitia ou la fin des hommes Yvan Jablonka

Possédées Frédéric Gros

Petit pays Gaël Faye

La Succession Jean Paul Dubois

Règne animal Jean Baptiste del Amo

L'autre qu'on adorait Catherine Cusset

Ma part de gaulois Magyd Cherfi

L'enfant qui mesurait le monde Metin Arditi

Tropique de la violence Natacha Appanah

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
16 septembre 2016 5 16 /09 /septembre /2016 14:24
Ateliers " LIVRES" > Création d'un décor "livres" dans le Centre Ancien à l'occasion du Salon du livre jeunesse

~~Ateliers " LIVRES" > Création d'un décor "livres" dans le Centre Ancien à l'occasion du Salon du livre jeunesse ( 15 octobre - Temps Festif dans le Centre Ancien d'Annonay)

Venez coupez, collez, assemblez, pliez des livres pour créer des objets , des volumes, des totems ... > Ateliers : tous les LUNDIS et MERCREDIS de 14h à 16h au 22 rue Franki Kramer à La Moustache et des Dentelles Atelier gratuit, ouvert à tous (adultes et enfants) pour une heure, deux heures ou plus, animés par les artistes de Moustache et Dentelles >

Pour ce projet nous avons besoin des livres qui vous encombrent : neufs, vieux, abimés ou non ils retrouveront une seconde vie dans ce décor de la ville. (apportez-les ou téléphonez au 06 45 63 12 99) > En partenariat avec le Collectif Centre Ancien , nous vous invitons à participer à ce projet " LIvres" Renseignements : Colette Roucoux 06 45 63 12 99

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
15 septembre 2016 4 15 /09 /septembre /2016 16:30

~~Vincent Borel, Fraternels, Sabine Wespieser éditeur... Je l'ai acheté.

Jérôme Chantreau, Avant que naisse la forêt, Editions Les Escales

Négar Djavadi, Désorientale, Éditions Liana Levi

Gaël Faye, Petit pays, Editions Grasset et Fasquelle

Philippe Forest, Crue, Gallimard

Valentine Goby, Un Paquebot dans les arbres,

Actes Sud Maëlle Guillaud, Lucie ou la vocation, Editions Héloïse d'Ormesson ~~Je n'ai pas aimé du tout

Serge Joncour, Repose-toi sur moi, Flammarion

Luc Lang, Au commencement du Septième jour, Editions Stock

Andreï Makine, L'Archipel d'une autre vie, Editions du Seuil

Véronique Ovaldé, Soyez imprudents les enfants, Flammarion

Sylvain Prudhomme, Légende, Gallimard

Antoine Rault, La Danse des vivants, Éditions Albin Michel

Alexandre Seurat, L'Administrateur provisoire, Le Rouergue

Arnaud Sagnard, Bronson, Editions Stock

Karine Tuil, L'Insouciance, Gallimard

Éric Vuillard, 14 juillet, Actes Sud

Le jury publiera sa sélection restreinte le 17 octobre 2016. Pour sa douxième année d'existence, le Prix du Style 2016 sera décerné le mardi 22 novembre 2016 au Concept Store BMW George V (38 Avenue George V, 75008 Paris) Le Prix du Style est parrainé par le cabinet d'avocats Obadia & Stasi et remis en partenariat avec PAGE des libraires.

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
5 juillet 2016 2 05 /07 /juillet /2016 16:39
N’ETRE de Charline EFFAH – Gabon

N’ETRE de Charline EFFAH – Gabon

Un format qui n'est pas attractif et n 'engage pas à lire ce roman qui aurait mérité d'être étoffé. Certains lecteurs l'ont pris pour une pub littéraire gratuite!

Roman du pardon et de la réconciliation.

Peu de pages et petit format pour ce livre, mais avec un immense sens de la poésie l’auteur nous fait entrer dans la vie d’une jeune noire, Lucinda, de son amant marié Amos, et de son ami Elvis.

Que veut-elle faire payer à sa mère, Medza, pour qu’elle s’acharne ainsi à être la maîtresse d’un homme marié, alors que sa propre mère a été la femme mariée qui a subi à l'inverse tant d’humiliations de la part de son mari et de ses maîtresses ?

Peut- on dire qu’il y a une place plus enviable que l’autre ?

A ses dépens , Lucinda va l’apprendre. Ses souffrances de petite fille, vont la conduire à rencontrer à nouveau cette mère qu’elle croit détester et qui la fascine malgré tout. Difficilement la mère va raconter, Lucinda va découvrir qu'elle est le fruit d’un adultère et a été tenue éloignée de ses frères parce que plus noire de peau.

Elle va comprendre que sa mère l’a aimée, elle va enfin pouvoir lui pardonner et se reconstruire.

On relit l’éternel cheminement des femmes de toutes races pour trouver leur place dans ce monde d’hommes dominants, entre violences conjugales et soif d’autonomie et de liberté.

La parole de l’auteur est particulièrement délicate et précise pour évoquer les sentiments mère-fille, leur vécu inversé, et la victoire de l’amour maternel et filial.

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
5 juillet 2016 2 05 /07 /juillet /2016 11:39
LA CONFESSION DE LA LIONNE de Mia COUTO MOZAMBIQUE

Un roman que j'avais placé en tête de liste :

Que traque-t-on des lions ou des humains ? dans

LA CONFESSION DE LA LIONNE de Mia COUTO MOZAMBIQUE

Quelle beauté ! Jusqu’au bout ce livre m’aura tenu en haleine.

Nous sommes dans le petit village de Kulumani où des lions mangeurs d’hommes viennent encore de faire une victime, la jeune Silência la sœur de Mariamar.

C’est elle qui raconte cette histoire.

L’autre version des événements nous est donnée par le chasseur professionnel Arcanjo Baleiro appelé sur les lieux pour organiser la traque et qui arrive en compagnie de Gustavo l’écrivain, bientôt rejoints par l’administrateur Florindo et son énorme femme Naftalinda. Nous oscillons sans cesse entre histoires invraisemblables, contes et légendes, superstitions et traditions, rêve et réalité, nous côtoyons la folie, mais peu à peu émerge tout de même un récit logique, l’éternelle histoire des guerres civiles, qui, même éteintes, continuent à avoir de cruelles conséquences.

Dans cette partie de l’Afrique c’est la domination portugaise qui s’est installée. Il reste les églises et les prêtres.

Nous découvrons par la voix de Mariamar que les lions ne sont pas si terribles que cela, qu’il est facile de les accuser plutôt que les hommes violeurs et assassins de jeunes femmes.

Éternelles victimes des mâles, sans droits, sans existence et sans parole, elles ne peuvent qu’accepter et se soumettre encore et encore.

Pour les plus rebelles il reste le suicide ou la folie, vraie ou simulée, qui éloigne les hommes superstitieux.

Il y a tout de même de l’amour pour une femme dans le cœur de certains d’entre eux, et la puissance de ce sentiment les rendra capables de protéger, de défendre et de renoncer à leurs ambitions, de se transformer et de comprendre où est leur chemin.

Le désespoir et l’espoir sont intimement mêlés dans la voix et le chant des femmes qui luttent pour leur vie.

Ces voix accompagnent le lecteur du début à la fin du récit, et suscitent tant d’émotions fortes qu’elles le laissent pantelant lorsque le livre se referme.

Il lui reste cependant pour rêver encore un peu la magie de l’Afrique, sa cruelle beauté, ses majestueux paysages, ses fleuves, et son ciel immense…

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
4 juillet 2016 1 04 /07 /juillet /2016 14:05
 LA MAISON DANS LAQUELLE DE MARIAM PETROSYAN RUSSIE

Hors concours

Un roman très intéressant qui n'a qu'un seul défaut , c'est une brique lourde de presque 1000 pages et nous n'étions que quatre à l’avoir lu, les trois exemplaires resteront dans la corbeille cet été.

LA MAISON DANS LAQUELLE DE MARIAM PETROSYAN RUSSIE

L'auteur née à Erevan lorsque l'Arménie était encore russe n'a écrit que ce livre qu'elle ne destinait pas à l'édition.

Qu'en pense Marie de Vallières?

Je suis encore dans la Maison…. J'ai pénétré le monde fascinant des adolescents, leurs rites, leur mode de vie, leur imaginaire, petites bêtes intrigantes, attendrissantes et cruelles.. .

J’ai découvert ce monde entre réel et fantastique et où tout est possible.

J’y ai trouvé des réminiscences avec « Nos étoiles contraires » un livre que j’ai adoré, mettant en scène des ados atteints de cancers alors qu’ici on parle de handicap.

Ces enfants se sont construits comme ils ont pu. Ils sont regroupés par handicap, affinités et paraissent très libres.

Le directeur, les éducateurs ont l’air aussi déjantés qu’eux.

Les jeunes ne se font pas de cadeaux, mais il y a une solidarité naturelle qui se montre dès que le besoin s’en fait sentir.

Ils ont « voté » une nouvelle loi, et les filles font leur apparition dans les dortoirs, ce qui ne sera pas de tout repos.

La dernière année dans ce foyer où ils ont été protégés dans le ventre de la Maison arrive à son terme et la peur de « l’extérieur » va conduire certains à des réactions insensées.

Je suis ravie que l’auteure ait laissé une part de mystère dans « l’après »…

Même devenus adultes quand ils pensent à certaines choses qui leur sont arrivées ils ne trouvent pas d’explications, ou celles qui leur sont données leur semblent bien fades…. Et c’est tant mieux.

Il a été tellement merveilleux de partager ces moments avec eux tous…

Je me souviendrai longtemps de Sphinx, de Fumeur, de Cheval, de Tabaqui, des Chiens, de Vautour, des Oiseaux, des Rats, du Groupe 4, et des filles Aiguille, Sirène, La Rousse, La Rate, La Longue et tous les autres.

Je leur souhaite de continuer leur route, sans grandir, dans le monde magique de la vieille Maison Grise car dehors, ils avaient raison, le monde cruel les a rattrapés .

Je crois que l’auteur n’a pas pu écrire d’autre livre ?

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article
4 juillet 2016 1 04 /07 /juillet /2016 07:30
 L’OURS de Claire CAMERON – CANADA

Un roman tendre, troublant mais terrifiant que j'aurais bien mis à la première place mais je ne suis pas seule .

L’OURS de Claire CAMERON – CANADA

Dès les premières pages nous sommes plongés dans l’horreur de la mort des parents de la petite Anna.

Partie pour passer de merveilleux jours de camping dans un parc naturel sauvage - On comprend aux propos de la petite fille que les parents séparés se sont réconciliés-

la famille va se retrouver décimée par l’attaque d'un ours qui ne laisse aucune chance aux adultes.

Anna et son petit frère Stick doivent la vie à « Cameron » la grosse glacière où leur père les a jetés pour les protéger.

La petite fille va voir des choses horribles mais sa maturité de 6 ans et sa compréhension enfantine où monde enchanté et réalité s’imbriquent va confondre les poils et les bruits de l'ours avec ceux d'un gros chien.

Avec le peu d’éléments de jugement qu’elle a, la petite fille obéissante va tout de même faire des choses incroyables, essayer de raisonner et surtout protéger son petit frère d’à peine trois ans.

La voix d’Anna rend le drame encore plus atroce, et l’on est partagé entre la fascination et l’horreur de la situation et un profond attendrissement fait de compassion et d’amour pour cette enfant, on lit ce livre le cœur serré.

Marie de Vallières a même failli au tout début arrêter cette lecture qui la perturbait profondément.

Je suis allée vérifier pour me rassurer dès les premières pages que les enfants s'en sortaient.

Un grand bravo à cette auteure pour avoir donner le rôle de narration du drame à une petite fille, l’histoire y trouve une puissance inouïe.

Repost 0
Anne de la Quintardière
commenter cet article

Présentation

  • : LES AMIS DE LA BIBLIOTHEQUE ANNONAY
  • LES AMIS DE LA BIBLIOTHEQUE ANNONAY
  • : Ce blog se veut être le trait d'union entre ceux qui s'évadent par la lecture ou l'écriture
  • Contact

Recherche

Liens